Article > Actualité > Observ. Flexible
S'exposer partiellement au Brésil
09/09/2011 - Philippe Maupas
  Imprimer
Hixance Focus Brazil, pour bénéficier du potentiel du Brésil et d'une allocation d'actifs flexible

Les marchés émergents délivrent depuis bientôt une décennie des performances très supérieures à celles des marchés dits développés. Si la volatilité des actions des pays émergents est toujours supérieure à celle des marchés développés, l'écart se réduit. Néanmoins, l'image de marchés plus risqués reste prégnante dans l'esprit de nombreux investisseurs, et les sociétés de gestion conçoivent des offres visant à réduire le risque tout en s'exposant pour partie au potentiel de hausse.

Ces offres prennent la forme de fonds flexibles. Jusque là, les quelques fonds flexibles exposés aux marchés émergents choisissaient de s'exposer à la totalité de la zone émergente, pour diversifier les risques.

Pour mémoire, on citera Réactis Emerging, LFP Patrimoine Emergent, Dorval Flexible Emergents, Aliénor Emergents Latitude ou Carmignac Emerging Patrimoine. On pourra comparer tous ces fonds ici sur leur historique commun.

Hixance Asset Management, une société de gestion entrepreneuriale créée en 2008, vient de lancer Hixance Focus Brazil. Ce fonds appartenant à la classification AMF "diversifié" et à la catégorie Quantalys Allocation d'actifs Monde flexible euro cherche à s'exposer directement au potentiel de croissance de l'économie brésilienne, tout en investissant également en valeurs européennes exposées à l'économie brésilienne et en ayant la possibilité de n'avoir aucune exposition aux actions.

La société de gestion positionne Hixance Focus Brazil comme un véhicule pour "profiter de la croissance économique du Brésil avec une approche patrimoniale".

Il s'agit donc d'un fonds flexible hybride : l'exposition maximum aux valeurs brésiliennes ou sud-américaines est de 50% du portefeuille (l'exposition minimum est de 0 et la fourchette moyenne de 20 à 50%), l'exposition maximum aux valeurs européennes est également de 50% du portefeuille (l'exposition minimum est de 0 et la fourchette moyenne de 30 à 40%).

Le portefeuille est assez concentré (entre 20 et 40 titres), comporte des titres en direct (pas plus de 5% du portefeuille sur une même valeur) et des fonds (pas plus de 10% du portefeuille sur un même fonds).

La construction du portefeuille suit une démarche très classique pour un fonds flexible : le première étape détermine l'allocation d'actifs, la seconde s'attache au choix des valeurs. L'exposition directe aux économies brésiliennes et sud-américaines se fait par le biais de fonds et d'actions, l'exposition indirecte via des valeurs européennes se fait par le biais d'actions.

L'équipe de gestion d'Hixance Asset Management (Stéphane Chossat et Yann Olivier) dispose d'une bonne expertise en matière de stock picking en valeurs françaises, mise en oeuvre dans Hixance Dividendes ; elle gère également un fonds prudent, Hixance Patrimoine, dont les plages de fluctuation entre actifs de performance et actifs peu risquée sont beaucoup moins étendues que celles d'Hixance Focus Brazil, ainsi qu'un fonds flexible, Investifinance Réactif Monde.

Le gérant d'Hixance Focus Brazil, Yann Olivier, sélectionne des fonds depuis 7 ans et a rejoint Hixance Asset Management il y a 4 ans.

Le fonds était prudemment exposé aux actions fin juin, au moment de son lancement (40% du portefeuille, dont la moitié sur le Brésil et la moitié sur l'Europe). Olivier a augmenté la pondération actions en juillet après une première correction sur les émergents en montant à 45% en actions Europe, à 30% en actions Brésil, à 5% en fonds Amérique Latine (le solde du portefeuille - 20% - étant exposé en crédit de la zone euro).

En matière de fonds actifs, Yann Olivier apprécie JPMorgan Brazil Equity, BNY Mellon Brazil Equity Fund et Amundi Funds Equity Brazil. Il ne s'interdit par ailleurs pas d'investir dans des ETF exposés sur le Brésil.

Le fonds dispose de 2 parts : Hixance Focus Brazil A et R. Il s'agit d'un FCP à valorisation quotidienne avec des frais de gestion fixes de 2.5% pour la part R et de 2.4% pour la part A.

Il est également prévu une commission de surperformance de 10% sur la performance au-delà de l'indice de référence du fonds (40% MSCI Brazil 10/40 40% STOXX Europe 600 et 20% EONIA), sous réserve que la performance du fonds soit positive. Cette structure est équitable : le pourcentage de 10% est raisonnable, l'indice s'entend dividendes réinvestis pour les composants actions et la commission n'est perçue que quand la performance du fonds est positive, ce qui est l'objectif logique d'un fonds flexible.

En revanche, eu égard à la commission de surperformance, les frais de gestion fixes sont trop élevés : si les pourcentages de 2.40% et 2.50% sont relativement standards dans le cas de fonds sans commission de surperformance, ils sont trop élevés quand il existe une commission de surperformance.

On notera également que les commissions de mouvement seront au maximum de 0.598%, un montant également élevé, se partageant entre la société de gestion (80%) et le dépositaire (20%). Et on n'oubliera pas que les frais encourus au titre de l'investissement en fonds externes s'ajoutent à l'addition payée par l'investisseur (en cumul, le prospectus mentionne que ces frais ne dépasseront pas 3%). On surveillera donc de près les frais effectivement facturés à l'OPCVM à l'issue de son premier exercice.

Ce fonds original conviendra aux investisseurs de long terme, désireux de profiter d'une partie du potentiel du Brésil tout en évitant les baisses affectant ce marché. Il convient néanmoins d'avoir un niveau de confiance élevé sur le potentiel de long terme de l'économie brésilienne, même si le poids de la poche actions européennes diversifie le risque du fonds.

Sur la période allant du 22 septembre 2004 au 11 septembre 2011 (près de 7 ans), la performance annualisée de la catégorie Actions Brésil (courbe en bleu foncé) est de 22.91%, contre pour 0.52% la catégorie Actions Zone euro (courbe en rouge) et 2.03% pour la catégorie Allocation d'actifs Monde flexible euro (celle d'Hixance Focus Brazil, courbe en bleu clair).

La volatilité est bien sûr à l'avenant pour les 3 catégories : sur la même période, la volatilité annualisée est de 34.39% pour les actions Brésil (un niveau très élevé), de 19.09% pour les actions zone euro et de 7.89% pour les flexibles Monde.

Et comme toujours avec la volatilité, cette dernière reflète la brutalité des baisses : sur la période allant du 1er juin 2008 (les actions brésiliennes ont commencé à baisser bien après celles des pays dits développés, qui ont commencé à souffrir dès l'été 2007) au 9 mars 2009 (date de la reprise généralisée des marchés actions), la volatilité de la catégorie Actions Brésil a atteint le sommet de 65.73% (baisse de -54.08%), contre 36.65% pour la catégorie Actions zone euro (baisse de -47.64%) et 13.90% pour la catégorie Flexibles Monde (baisse de -23.11%).

Si vous aimez le Brésil dans la hausse et ne supportez pas une baisse comme celle présentée ci-dessus, Hixance Focus Brésil est une option possible.

 


Philippe Maupas, CFA, CAIA, CIPM, est co-fondateur de Quantalys et éditorialiste.

Voir la charte éditoriale
vendredi 23 août 2019
  Espace sociétés de gestion

Espace promotionnel
  Info et formations


En continuant de naviguer sur Quantalys, vous acceptez l'utilisation de cookies assurant le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus