Sextant Grand Large en état d'apesanteur

Publié le 19/03/2014 - Philippe Maupas
Des performances époustouflantes depuis 5 ans pour le flexible d'Amiral Gestion

Sextant Grand Large est le flexible d'Amiral Gestion et existe depuis le 11 juillet 2003. Il est géré par une équipe composée de François Badelon, Julien Lepage, Eric Tibi, Louis d'Arvieu, Raphael Moreau et David Poulet.

Le fonds fait partie de l'Observatoire de la Gestion Flexible dont la dernière étude trimestrielle est accessible ici.

Des performances étonnantes depuis 2009

Le fonds enregistre depuis 2009 des performances époustouflantes, après une année 2008 calamiteuse (-49,19%) : une seule année négative (2011, -8,4%) et une performance annualisée du 1er janvier 2009 au 17 mars 2014 de 21,04%, avec une perte maximum de 18,37% et une volatilité de 9,81%.

Sur la totalité de son historique (du 11 juillet 2003 au 17 mars 2014), la performance annualisée est de 11,65%, la volatilité annualisée de 13,76% et la perte maximum de 53,98%, un niveau très élevé pour un flexible.

Un flexible peu flexible

Le fonds est théoriquement flexible, son exposition aux actions pouvant varier de 0 à 100%. Ce niveau d'exposition dépend plus de  la capacité des gérants à trouver des valeurs décotées que d'une analyse macro-économique et le fonds est par conséquent structurellement toujours très exposé au risque actions.

Ce fort niveau d'exposition paie quand les marchés actions montent, et se paie très cher en période de forte baisse, comme en 2008. La leçon de cette année désastreuse semble avoir été apprise et retenue, la perte de 2011 ayant été contenue.

L'exposition aux marchés actions est réduite par le biais de ventes de futures actions (-20,5% de l'actif du fonds selon le reporting à fin janvier 2014 - qui ne précise pas sur quel indice est la position vendeuse - réduisant d'autant l'exposition actions qui est de 67,7% pour la partie investie en titres) et le fonds peut détenir d'importantes positions en liquidités (23,5% à fin janvier 2014).

Actions : dominante France, mid et small

Depuis 2009, le choix des actions a été remarquable. Amiral Gestion pratique une approche fondamentale et professe une admiration pour Benjamin Graham et Warren Buffett (voir ici notre analyse de la dernière lettre aux actionnaires de ce dernier).

L'univers est global, mais dans la pratique, l'exposition actions reste très française : 67,2% de l'actif investi à fin janvier 2014, les valeurs coréennes (9,1%) et des Etats-Unis (8%) suivant à distance.

Ce sont les moyennes et petites valeurs qui constituent le gros du portefeuille à fin janvier : 43,9% de l'actif investi est composé de mid caps, 12,8% de small caps et 11% de large caps.

Sur longue durée, les petites et moyennes valeurs ont surperformé les grandes, avec des épisodes de très fortes baisses mais une volatilité globale à peu près équivalente.

C'est le cas pour les actions Europe.

 
C'est aussi le cas pour les actions France.
 
Sextant Grand Large surfe depuis plusieurs années sur les très bonnes performances des small et mid caps et sur l'excellence de sa sélection de valeurs.
 
Les valorisations des small et mid caps françaises sont en outre soutenues par le lancement du PEA-PME (voir ici la façon dont vous pouvez identifier les fonds PEA-PME sur Quantalys et là l'analyse du récent décret d'application par notre partenaire Fidroit).
 
Les arbres ne montant pas jusqu'au ciel, toute correction durable sur les actions sera amplifiée sur le segment des petites et moyennes valeurs et affectera négativement la performance de Sextant Grand Large.
 
Les frais
 
Cette excellente gestion s'est payée en 2013 2,03% au titre des frais de gestion fixe (ce qui est étrange, le maximum théorique mentionné dans le prospectus étant de 2%) et 2,55% de commission de surperformance.
 
La commission de surperformance correspond à 15% (un pourcentage acceptable) de la performance au-delà de 5% (un niveau un peu faible), alors que l'indice de référence auquel le fonds compare sa performance est 50% CAC 40 NR et 50% EONIA. La référence à un taux fixe pour le calcul de la commission de performance serait légitime s'il y avait un high water mark, ce qui n'est pas le cas. Comme souvent, hélas, la commission de performance a donc une structure asymétrique.
 
On notera que la part actions de l'indice composite (CAC 40) n'est pas représentative de la poche actions du fonds, dont on a vu qu'elle était à dominante small et mid caps et en théorie globale. La référence à l'EONIA, qui est un taux au jour le jour, n'a absolument aucun sens pour un fonds dont l'horizon d'investissement est supérieur à 5 ans. Un indice obligataire capitalisé serait beaucoup plus pertinent (le CNO TEC 5 ans par exemple) et permettrait de mieux évaluer la qualité de la gestion.
 
La collecte
 
Les investisseurs ont été très lents à identifier le fonds au sein de l'univers des flexibles : les encours sont longtemps restés à un niveau très faible (moins de 30 millions d'euros) et le décollage a commencé début 2013 : durant l'année dernière, l'actif du fonds a fait plus que doubler pour s'établir à 74 millions d'euros au 17 mars 2014.
 
Ce niveau reste très modeste au regard des remarquables performances du fonds. Les investisseurs garderont néanmoins en tête que les valorisations des petites et moyennes valeurs sont très tendues et qu'une correction importante est possible : pour diminuer le risque, il est opportun de mettre en place des versements programmés dans le cadre de l'assurance vie pour lisser les variations de cours.
 

Notre opinion

Sextant Grand Large est une option de choix pour diversifier la poche flexible d'un portefeuille. On gardera en tête qu'il s'agit d'un flexible structurellement offensif, que son processus de pilotage de l'allocation d'actifs est peu sophistiqué mais assez efficace sur longue durée et qu'il pourra soumettre le porteur de parts à des baisses importantes.

Depuis sa création, sa performance est très supérieure à celle de Carmignac Patrimoine A EUR, fonds avec lequel il est en outre assez peu corrélé (corrélation de 0,22 du 13/07/2003 au 17/4/2014). Sextant Grand Large est néanmoins beaucoup plus volatil que le fonds-phare de Carmignac.

 

Philippe Maupas , CFA, CAIA, CIPM, est co-fondateur de Quantalys et éditorialiste.