Krach Chine : qui a limité la casse ?

Publié le 30/09/2015 - Philippe Maupas
Comment les fonds flexibles ont-ils traversé le krach déclenché par la dévaluation du yuan ?

Quand la Chine dévaluera, les marchés trembleront. Qui eût cru à cette variante de la prophétie apocryphe de Napoléon en partant en vacances en juillet dernier ou début août ? L'atelier du monde, du haut de ses réserves de change, de son excédent commercial, de sa croissance, qui laissait depuis des années sa devise s'apprécier graduellement face au dollar, décidant de dévaluer comme des pays d'Europe du Sud avant l'euro ?

Ces petites dévaluations successives ont mis le feu aux poudres et les marchés actions ont violemment corrigé.

Comment les fonds de l'Observatoire de la Gestion Flexible ont-ils fait face à cet événement totalement inattendu aux conséquences planétaires ?

 

2 semaines de fortes turbulences

Nous nous sommes intéressés à la période allant du 11 août (annonce de la première dévaluation) au 24 août.

Pendant celle-ci, tous les marchés actions ont baissé : de -12,51% pour le S&P 500 à -13,5% pour le STOXX 50 et -15,53% pour le MSCI Marchés Emergents (performances en €).

 

Les marchés obligataires n'ont en revanche pas trop été affectés : ce n'est pas une surprise pour les obligations des Etats dits développés, qui bénéficient généralement d'un flight to quality quand les marchés actions baissent (mais étaient déjà à un niveau de prix si élevé, les taux étant très bas, que cet effet a été très limité, avec un indice ML Obligations d'Etat Euro en hausse de 0,22%). On notera la surprenante résistance des obligations haut rendement euro, en baisse de seulement 1,25%. C'est moins brillant pour les obligations privées globales, en baisse de 3,55%, et pour les obligations Emergentes souveraines et privées, en baisse de 4,92%

.

Le gérant flexible idéal aurait dû être faiblement positionné sur les actions (et aussi peu présent que possible sur les actions des pays dits émergents), et surpondéré sur les obligations des Etats les mieux notés.

Les catégories Flexibles Europe et Flexibles Monde ont enregistré une baisse de -6,73% et -5,66% respectivement.

Quant aux 70 fonds de l'Observatoire de la Gestion Flexible, leurs performances se sont échelonnées entre +2,89% et -17,01% (le fichier avec les résultats complets est téléchargeable ici).

On notera par ailleurs que la baisse des marchés actions a commencé à la mi avril, et que les marchés émergents ont beaucoup plus baissé que les marchés dits développés.

 

Les 10 fonds les plus résistants

Sans surprise, on trouve parmi les fonds les plus résistants des fonds que nous avons depuis longtemps identifiés (voir ici notre dernière étude trimestrielle) comme étant toujours très prudents, à savoir des fonds faisant un usage très mesuré de leur flexibilité. Et donc des fonds ayant délivré des performances très médiocres depuis mars 2009, date de reprise des marchés actions.

Un seul fonds a connu une performance positive : Palatine Absolument, en hausse de 2,89% (mais sur 5 ans, sa performance est des plus moyennes).

Autre fonds structurellement prudent, Diamant Bleu LFP, dont la baisse a été contenue à 3,09% (mais dont la performance est tout aussi modeste sur 5 ans).

On retrouve dans ce top 10 des fonds ayant délivré une performance honorable depuis 5 ans : HMG Rendement (ici sur 5 ans), Ethna Aktiv (ici sur 5 ans), Nordea Stable Return Fund (ici sur 5 ans) ou Sextant Grand Large (ici sur 5 ans). Vrai savoir-faire ou chance ? Réponse en analysant les fonds sur longue durée et en regardant leur comportement lors des différentes phases baissières.

 

Les 10 fonds les moins résistants

Sans surprise non plus, on trouve parmi les fonds les plus résistants des fonds que nous avons depuis longtemps identifiés (voir ici notre dernière étude trimestrielle) comme étant toujours très exposés aux actions, à savoir des fonds faisant également un usage très mesuré de leur flexibilité. Et donc des fonds ayant délivré des performances excellentes depuis mars 2009, date de reprise des marchés actions.

C'est par exemple le cas de R Valor (-17,01% sur la période et ici sur 5 ans), Rouvier Valeurs (-11,74% sur la période et ici sur 5 ans), First Eagle Amundi International (-11,25% sur la période et depuis le 4 décembre 2010), R Club (-11,10% sur la période, ici sur 5 ans), 

Pour les "vrais" et gros flexibles comme Franklin Global Fundamental Strategy et BGF Global Allocation, il convient de se pencher sur les explications qui sont fournies dans le reporting à fin août pour comprendre les raisons de leur forte baisse.

H2O Multistratégies fait à la fois partie des fonds les moins résistants durant la période et de ceux ayant connu le plus fort drawdown en 2015 (-21,1%) tout en étant le fonds de l'Observatoire le plus performant depuis le début de l'année (+23,3% au 14 septembre). Sur la base des éléments fournis dans le reporting à fin août disponible sur le site de la société, nous ne sommes pas en mesure d'émettre un avis pertinent sur ce fonds résolument unique, dont les engagements hors bilan sont considérables.

 

Qu'ont fait vos flexibles favoris ?

Certains de vos flexibles favoris, présents dans votre top 10 d'août, ne sont pas parmi les plus résistants, ni parmi les moins résistants sur la période.

Carmignac Patrimoine A € a perdu 8,17%. Nous verrons plus loin que la baisse a commencé bien avant pour votre fonds préféré depuis le début de l'année.

Eurose a baissé de 4,06%.

CPR Croissance Réactive P a baissé de 8,47%.

 

Des baisses sans précédent pour certains fonds

Nous avons regardé les fonds de l'Observatoire ayant enregistré un nouveau max drawdown entre le 1er janvier et le 12 septembre 2015. Le max drawdown, ou perte maximum, correspond à la plus forte baisse de valeur liquidative entre un point haut et le point bas suivant. Il nous semble qu'il s'agit d'une mesure du risque pertinente pour un investisseur, car elle est concrète et visualisable, contrairement à la volatilité.

First Eagle Amundi International a toujours été un flexible très offensif, caractérisé par la qualité de sa sélection de valeurs. Avec un drawdown de 17,07% entre le 16 avril et le 24 août, il a dépassé en 2015 sa précédente perte maximum, qui était de 14,08% (entre le 13 janvier et le 22 août 2011).

Carmignac Patrimoine traverse une mauvaise passe depuis avril : entre le 14 avril et le 24 août 2015, il a en effet enregistré sa plus forte baisse depuis début 1999, à -14,6%. Son précédent max drawdown était de 10,62%, entre le 7 novembre 2007 et le 13 octobre 2008.

Ginjer Actifs 360 a lui aussi enregistré en 2015 sa plus forte perte maximum depuis sa création, entre le 28 avril et le 24 août, avec une baisse de 14,57%. Sa précédente perte maximum était de 10,53%, entre le 11 juin et le 16 octobre 2014.

Même cas de figure pour Invesco Balanced Risk Allocation, en baisse de 9,92% entre le 17 avril et le 2 septembre 2015. Sa précédente perte maximum (8,98%) avait eu lieu entre le 23 mai et le 24 juin 2013.

Seven Risk Allocation P a enregistré un nouveau max drawdown de 9,73% entre le 14 avril et le 2 septembre 2015 faisant suite à un précédent max drawdown de 5,61% entre le 9 novembre 2010 et le 15 novembre 2012.

SISF Global Multi Asset A couvert en € a perdu 8,32% entre le 16 avril et le 26 août 2015. Son précédent max drawdown était de 6,85%, encouru entre le 23 mai 2013 et le 25 juin 2013.

Federal multi Patrimoine a perdu 8,03% entre le 16 mars et le 25 août 2015. Sa précédente perte maximum s'était élevée à 6,04%, entre le 23 mai 2013 et le 5 février 2014.

Amundi Patrimoine a connu son premier drawdown d'importance depuis son lancement en février 2012, avec une baisse de 7,65% entre le 14 avril et le 24 août. Son précédent drawdown n'était que de 3,43%, entre le 8 septembre et le 16 octobre 2014.

Enfin, RMA Diversifié Vol 4 a perdu 7,43% entre le 28 avril et le 1er septembre 2015. Le précédent drawdown de ce fonds cherchant à limiter sa volatilité à 4% était de 5,69% et avait eu lieu entre le 22 mai et le 24 juin 2013.

Pour conclure, ne résistons pas à la tentation de comparer le fonds le plus résistant au fonds le moins résistant sur cette période, sur la (longue) durée de leur historique commun. Ce graphique ne porte aucun jugement de valeur, il illustre simplement la surperformance sur longue durée (plus de 13 ans) d'une approche offensive. A chaque investisseur de voir s'il est prêt à accepter les inévitables cahots du voyage le plus rémunérateur ou s'il préfère une route plus confortable.

Cette comparaison nous rappelle de surcroît qu'il existe de nombreuses approches de la gestion flexible et qu'il est essentiel d'analyser de manière approfondie les différentes offres avant de choisir les fonds de votre poche flexible.

Howard Marks, fondateur et patron de la société de gestion Oaktree Capital et investisseur très suivi par les professionnels, rappelle dans sa dernière lettre aux clients (en anglais) ce que dit Charlie Munger, l'associé de longue date de Warren Buffett dans Berkshire Hathaway, de l'investissement : "It's not supposed to be easy. Anyone who finds it easy is stupid." [Ce n'est pas censé être facile. Quiconque trouve cela facile est stupide.]

L'immense dispersion des performances des fonds flexibles rend le choix des véhicules complexe. Au travail, it's not easy.

Philippe Maupas , CFA, CAIA, CIPM, est co-fondateur de Quantalys et éditorialiste.