Point sur les flexibles pays émergents

Publié le 18/11/2011 - Philippe Maupas
Le potentiel des émergents avec une volatilité inférieure, telle est la promesse des flexibles émergents

Les fonds flexibles ont le vent en poupe depuis 2007, entraînés par le succès phénoménal de Carmignac Patrimoine jusqu'au début de l'année 2011 (voir notre analyse récente à ce sujet).

La plupart d'entre eux choisissent d'investir la poche actions de leur allocation majoritairement sur des valeurs des pays dits développés. Certains s'autorisent, dans une faible proportion, à investir également en valeurs des pays dits émergents.

D'autres, encore très minoritaires, choisissent de n'investir leur poche actions qu'en valeurs des pays dits émergents. Leur raisonnement est que les actions des pays émergents présentent un potentiel de progression plus importante que celui des marchés développés sur le long terme.

Profiter du potentiel des marchés émergents

C'est également vrai dans le passé : si l'on compare les moyennes de la catégorie Actions zone euro, Actions Monde et Actions pays émergents monde entre le 2 janvier 1999 et le 16 novembre 2011, le résultat est sans appel : 0.62% en annualisé pour la zone euro, 1.37% pour les actions monde et 10.80% pour les actions pays émergents monde. En cumul, l'écart est énorme : 8.35% pour la zone euro, 19.10% pour les actions monde et 274.66% pour les actions pays émergents monde.

Même s'il est infiniment peu probable que les émergents délivrent dans le futur les performances époustouflantes des 12 dernières années, il est néanmoins probable qu'ils fassent mieux en moyenne que les pays développés.

L'objectif d'un fonds flexible étant de participer à une partie des hausses des marchés actions en évitant une partie aussi grande que possible des baisses de ces mêmes marchés actions, il est donc tentant de s'exposer aux actions émergents dans le cadre d'un fonds flexible, pour essayer de capter la surperformance attendue par rapport aux marchés actions des pays dits développés.

Les compétences requises

Quelles sont les compétences requises ? Comme pour n'importe quel fonds flexible géré discrétionnairement, une capacité à lire l'environnement économique globale, à en anticiper l'évolution afin de positionner le portefeuille au bon moment sur les bonnes classes d'actifs. Et bien entendu une bonne connaissance des marchés dit émergents : il existe en effet des différences marquées entre les différentes zones. Les émergents sont hétérogènes : il y a peu de points communs entre la Chine, la Russie et l'Inde par exemple.

Le graphique ci-dessous montre que si ces trois grands marchés montent et baissent en même temps, ils ne sont pas parfaitement corrélés : les coefficients de corrélation vont de 0.51 à 0.63, ce qui n'est pas très élevé.

Le choix des zones géographiques importe donc, ce qui requière une connaissance approfondie d'un univers très hétérogène.

L'offre de fonds flexibles émergents

Au sein des 70 fonds suivis par l'Observatoire de la Gestion Flexible, nous recensons aujourd'hui trois fonds flexibles investissant leur poche actions sur les actions des pays émergents : Dorval Flexible Emergents, LFP Patrimoine Emergent et Réactis Emerging.

En dehors de l'Observatoire, nous avons identifié trois autres fonds : Aliénor Emergents Latitude, Carmignac Emerging Patrimoine et Camgestion Emerging Perspectives.

LFP Patrimoine Emergent

LFP Patrimoine Emergent a été créé le 28 novembre 2006. Ce fonds est géré par Thomas Fallon de La Française des Placements. Ses encours s'élèvent à 24.937 millions d'euros au 16 novembre 2011.

Ce fonds vise à obtenir une performance supérieure de 5% par an à celle du TEC 10. Le TEC 10 est l'indice des rendements des emprunts d'État français à long terme (10 ans). La commission de surperformance est de 25% (c'est un taux très élevé) de la différence de performance positive entre le fonds et l'indice TEC 10 + 5%.

Le fonds peut être exposé jusqu'à 100% à des obligations émises principalement par des entités des pays émergents, jusqu'à 100% également à des actions de sociétés des pays émergents, et jusqu'à 100% en produits monétaires.

L'examen du portefeuille au 31 octobre 2011 montre que le gérant utilise majoritairement des ETF (fonds indiciels cotés). L'exposition du fonds aux actions est de 52.27%, aux obligations de 42.60% et la sensibilité de la poche obligataire de 2.30 (la poche taux baisserait de 2.30% en cas de hausse des taux de 1% et vice versa).

Noté 5 étoiles Quantalys au 31 octobre 2011 dans sa catégorie flexibles Monde, LFP Patrimoine Emergent est également le meilleur des 5 étoiles, avec une note de 100.

Il applique une approche que la société de gestion appelle « gestion dissymétrique™ », qui cherche à favoriser la préservation des performances relatives en phase de baisse des marchés, plutôt que la recherche de sur-performance en cas de hausse.

L'analyse des betas du fonds sur 3 ans montre que l'approche est appliquée avec succès : le beta baissier est de 0.31 (ce qui revient à dire que le fonds n'a subi que 31% de la baisse de l'indice composite de la catégorie (50% MSCI World + 50% ML Global), là où le beta haussier est de 1.44 (ce qui est considérable et ne correspond pas à l'approche dissymétrique, pour laquelle on attendrait plutôt un beta haussier inférieur à 1).

Reactis Emerging

Créé le 3 juillet 2008, Reactis Emerging est un fonds de fonds géré par Hua Cheng chez Natixis Multimanager. Ses encours s'élèvent à 13.443 millions d'euros au 17 novembre 2011.

Le fonds cherche à battre un indice composite (60% MSCI Emerging Markets dividendes nets réinvestis + 40% JPM Government Bond Index Emerging Markets). Cet indice sert de référence à la commission de surperformance, qui est de 20% de la performance du fonds au-delà de celle de l'indice composite, qu'elle soit négative ou positive.

Son exposition aux actions va de 20 à 100%, son exposition aux obligations de 0 à 80%.

Au 31 octobre 2011, l'exposition aux actions est de 56.79%, l'exposition aux obligations est de 38.45% (21.96% aux obligations émergentes et 16.49% au crédit). Les fonds utilisés sont majoritairement gérés activement. Le reporting ne donne malheureusement pas la répartition géographique précise au sein de la poche actions, ni l'évolution dans le temps de l'allocation d'actifs. Ce sont pourtant des éléments essentiels à la bonne compréhension de la gestion du fonds.

Reactis Emerging est très largement au-dessus de la moyenne de sa catégorie depuis sa création en terme de performance, avec une volatilité également très supérieure. Il est noté 5 étoiles Quantalys au 31 octobre 2011 en flexibles Monde.

Dorval Flexible Emergents

Créé le 30 juin 2006 mais géré comme un flexible émergents depuis le 30 octobre 2009, Dorval Flexible Emergents est un fonds de fonds co-géré par Sophie Chauvellier et Gustavo Horenstein chez Dorval Finance. Cette société de gestion est un des spécialistes et des pionniers de la gestion flexible en France, l'Observatoire référençant également Dorval Convictions et Dorval Convictions PEA.

Les encours du fonds s'élèvent à 8.7 millions d'euros au 17 novembre 2011. Sa performance est largement supérieure à celle de la moyenne de sa catégorie (flexibles Monde) entre le 30 octobre 2009 et le 17 novembre 2011, avec une volatilité annualisée supérieure (9.52% contre 7.99%). L'exposition du fonds aux actifs à risque peut varier entre 0 et 100% et les deux gérants s'exposent aux marchés émergents via des fonds : ETF actions émergentes, OPCVM d'actions émergentes, OPCVM mixtes actions, y compris obligations convertibles, OPCVM de produits de taux de la zone émergente.

Le fonds cherche à battre un indice de référence composite (50% Eonia + 50% MSCI Marchés Emergents en euros hors dividendes) qui sert également de base au calcul de la commission de surperformance (20% de la performance au-delà de celle de l'indicateur de référence, à condition que la performance du FCP soit positive). On notera à ce titre qu'il conviendrait d'utiliser la version dividendes réinvestis du MSCI Marchés Emergents pour traiter équitablement les porteurs de parts.

On pourra comparer les performances de LFP Patrimoine Emergent et Reactis Emerging sur leur historique commun, ainsi que celles de ces deux fonds et de Dorval Flexible Emergents.

Aliénor Emergents Latitude

Lancé le 29 décembre 2010, alors que les marchés actions émergents souffraient déjà depuis quelques mois de sorties importantes, Aliénor Emergents Latitude est le dernier-né de la gamme de fonds d'Aliénor Capital, reconnu pour sa gestion flexible, avec notamment Aliénor Optimal et Aliénor Actions Flexible, tous les deux présents dans l'Observatoire de la gestion flexible.

Ses encours s'élèvent à 824 000 euros au 17 novembre 2011. Le fonds vise à surperformer un indice de référence composite (75% MSCI Emerging Markets Free hors dividendes + 25% EONIA) qui sert de référence à la commission de surperformance (15% de la performance du fonds au-delà de celle de l'indicateur de référence, seulement quand le fonds a une performance positive). Comme pour Dorval Flexible Emergents, la version dividendes réinvestis du MSCI Emerging Markets Free s'impose pour traiter équitablement les porteurs de parts.

Le fonds s'expose aux actions émergentes via des ETF. A fin octobre 2011, l'exposition nette du fonds est de 13.08%, en totalité via un seul ETF, le iShares MSCI Emerging Markets. Il manque dans le reporting en ligne sur le site d'Aliénor Capital une évolution de l'exposition du fonds aux actions émergentes.

Carmignac Emerging Patrimoine

Carmignac Emerging Patrimoine a été créé le 31 mars 2011 au sein de la sicav luxembourgeoise Carmignac Portfolio (il existe également une part E, plus chargée en frais de gestion). Les encours du fonds sont légèrement supérieurs à 149 millions d'euros au 15 novembre 2011, ce qui est peu à l'échelle de Carmignac Gestion, mais fait de ce fonds récent le plus gros flexible pays émergents du marché français.

Ce nouveau fonds bénéficie de l'expertise de Carmignac Gestion en gestion flexible, incarnée dans le vaisseau amiral Carmignac Patrimoine, et l'expertise marchés émergents que l'on retrouve dans Carmignac Emergents.

Il est géré par un trio composé de Simon Pickard, Charles Zerah et Frédéric Leroux. Pickard gère Carmignac Emergents et Carmignac Emerging Discovery, Zerah gère Carmignac Global Bond, un des fonds les moins convaincants de la gamme et Leroux co-gère Carmignac Patrimoine, Carmignac Investissement Latitude et les fonds Carmignac Profil Réactif (50, 75 et 100).

L'exposition aux actions du fonds est limitée à 50% et l'indice de référence est un composite rebalancé trimestriellement (50% MSCI pays émergents hors dividende + 50% JP Morgan GBI - Emerging Markets Global diversified Index). Les frais courants de la part A sont de 1.50%, ceux de la part E de 2.25%. La commission de surperformance est de 15% de la performance du fonds au-delà de celle de l'indicateur de référence, sous réserve que la performance du fonds soit positive. Bien entendu, la version dividendes réinvestis du MSCI Pays Emergents serait infiniment préférable, par équité pour les actionnaires.

Camgestion Emerging Perspectives

Géré par un trio composé de Véronique Meynard, Florent Zaffaroni et Alexandre Zamora chez Camgestion, Camgestion Emerging Perspectives a été créé le 20 juillet 2009. Les encours de ce fonds de fonds s'élèvent à 23.145 millions d'euros au 17 novembre 2011.

D'après le prospectus, son exposition aux actions est au minimum de 30%, son exposition aux obligations au maximum de 70%. D'après le reporting à fin octobre en ligne sur le site de Camgestion, la poche actions peut osciller entre 30 et 90%, la poche obligataire entre 10 et 30%. Il est très surprenant de trouver des informations aussi contradictoires entre deux documents émanant de la même source et une clarification s'impose.

L'indicateur de référence est un composite : 60% MSCI Emerging Markets Index (euro non couvert) et 40% JPM GBI-EM Global Diversified Composite (euro non couvert). Le prospectus ne mentionne pas si c'est la version prix (hors dividendes) ou dividendes réinvestis du MSCI Emerging Markets Index qui est utilisée, en dépit des recommandations de l'AMF. On notera qu'il n'y a pas de commission de surperformance et que les frais de gestion fixes de la part O (accessibles à tous les investisseurs) s'élèvent à 1.9%.

Le risque de change est activement géré et confié à une filiale spécialisée de BNP Paribas Investment Partners (la maison-mère de Camgestion), Overlay Asset Management.

Le fonds s'appuie donc sur trois sources de performance : l'allocation d'actifs, la sélection des fonds et la gestion des expositions aux devises.

Un flexible Brésil

Enfin, on mentionnera un flexible s'exposant au seul marché brésilien, Hixance Focus Brazil, géré par Yann Olivier chez Hixance Asset Management, que nous avons analysé récemment.

Les fonds flexibles émergents, pour qui ?

Les investisseurs en fonds flexibles ayant une bonne tolérance aux baisses pourront s'exposer aux flexibles émergents. La volatilité des flexibles émergents ayant un historique de quelques années est en effet supérieure à celle de la moyenne de la catégorie flexibles Monde. La contrepartie de cette volatilité doit être une espérance de gain supérieure.

Bien entendu, comme pour tout fonds flexible, c'est la capacité de l'équipe de gestion à prendre les bonnes décisions en matière d'allocation d'actifs qui prime : avant d'investir dans un fonds, il faut donc s'assurer de la compétence de l'équipe de gestion en matière d'allocation d'actifs, et seul l'examen approfondi de l'historique de performance sur d'autres fonds flexibles de la gamme gérés par la même équipe permet de s'en assurer dans le cas de fonds de création récente. Et bien entendu, il importe de s'assurer de la bonne connaissance qu'a l'équipe de gestion des actions et des obligations des pays émergents.

Suivez Quantalys sur Twitter.

Philippe Maupas , CFA, CAIA, CIPM, est co-fondateur de Quantalys et éditorialiste.